• Save

L’histoire d’Aurélie – une histoire de regards

Hello à toi qui vas lire ces quelques lignes,

Je pense que plusieurs vont se reconnaître dans ces mots. Si c’est ton cas, laisse-moi te dire quelque chose avant d’aller plus loin : TU ES MAGNIFIQUE.

Pour être tout à fait honnête, je pense avoir toujours été au-dessus de la courbe. Ah non, quand je suis née j’étais normale !

En réalité, je me suis toujours sentie à part : dès mon plus jeune âge, j’ai donné de l’importance au regard que les autres avaient sur moi. Ils me regardaient parce que papa m’a donné des cheveux frisés, parce que je suis petite ou bien que j’ai un accent. Ils me regardaient parce que je suis grosse, en fait, et ça… ça n’est pas normal.

Je ne vous apprends rien en vous disant qu’entre eux, les enfants peuvent être méchants. À tel point que des années après, certains mots ont continué de me ronger… En grandissant, j’ai eu une image de moi particulièrement faussée. Je ne me voyais pas avec mes yeux, je vivais au travers du regard des autres

Cette période de ma vie a été tellement destructrice.

  • Le survet’ et les vêtements noirs pour cacher mes formes,
  • l’agressivité pour empêcher qui que ce soit de percer ma carapace,
  • les régimes draconiens à la mode,
  • les effets yoyo,
  • les périodes d’anorexie,
  • de boulimie,
  • les nombreuses crises d’angoisses… 

Vous avez du mal à y croire ? Demandez à mes parents qui m’ont retrouvé à l’arrière de la maison, affalé dans le jardin, le teint totalement livide.

Et l’amour ?

Difficile quand on est dans une telle souffrance de s’offrir ne serait-ce que le plaisir de rêver à l’amour. Imaginer que le prince charmant viendrait sur son cheval blanc me chercher… enfin, faudrait-il que j’arrive à monter dessus… se rappeler que le rêve reste un rêve, et que le retour à la réalité se fait plus vite qu’on ne l’imagine.

  • Save

J’ai rapidement capitulé. Comment pourrais-je être heureuse en couple si déjà en solo c’est compliqué ? Autant lâcher l’affaire tout de suite et passer à autre chose.

À l’époque où j’ai rencontré l’homme qui aujourd’hui est mon mari, j’étais dans une étape particulière. En mode “je capitule un peu, mais pas trop non plus”. Sait-on jamais.

J’ai accepté qu’il m’accepte, j’ai accepté qu’il m’apprécie. Par contre, qu’il ne me demande pas d’en faire autant envers moi-même. Je vous épargne le nombre de fois où il a demandé des virées shopping en amoureux. Essayer des vêtements en présence d’une autre personne ? Pas du tout, non, n’y pense même pas !

Un jour, je me suis dit que le déclic viendrait quand je me verrais en robe de mariée… ERREUR !

Disons que je me suis trouvée « jolie » dans ma précieuse. Mais le “WAOUH” dont je rêvais a laissé place à des larmes de tristesse, d’insatisfaction, de : “je ne suis que ça ?“.

Écoute…

Et puis un jour, alors que je devais monter sur scène avec ma troupe de danse, il s’est passé une chose que jamais de ma vie je n’oublierai — je suis prof et danseuse de séga, danse traditionnelle de l’océan indien… juste par curiosité je t’invite à aller voir sur youtube à quoi ressemble une tenue de séga. Nous avions un événement en région parisienne (j’aime tellement me souvenir de ce moment). Alors que je dansais au milieu d’une équipe de sveltes, je me suis mise à relâcher toute la pression et à oublier un instant mes complexes. Après notre show, alors que je retournais aux vestiaires, une femme m’a interpellé. Elle m’a arrêté net, en plein milieu de la salle, avec la foule autour. Au moment où elle a commencé à me parler, les larmes ont commencé à m’envahir.

C’est comme si j’entendais au fond de mon coeur une voix me dire doucement : « Tais-toi maintenant, et écoute. Écoute comment moi je te vois. »

Rien qu’à écrire ces lignes, mes larmes remontent aussi vite que mes doigts tapent sur mon clavier.

Cette femme m’a regardé et m’a dit : “Vous être magnifique, n’arrêtez jamais de faire ce que vous êtes en train de faire. Comme vous le voyez, je suis une grosse dame. Mais vous voir sur cette scène, votre sourire, votre regard pétillant, vous voir épanouie malgré votre enveloppe… Vous avez réussi à me faire sourire, à me faire danser, à me faire oublier mon quotidien. Vous avez réussi à me réconcilier avec moi-même juste par ce que vous dégagez.”

J’ai juste réussi à dire “merci” ! Je suis retournée me changer, sans mot, sans voix… mais avec beaucoup de larmes.

J’ai entendu et enfin, j’ai vu qui j’étais.

  • Save

J’ai enfin réussi à me voir dans le regard de mon mari… qui avait presque l’impression de me rencontrer à nouveau ! En fait, toute la sphère négative dont je me sentais victime, j’en étais moi-même le déclencheur. Mon regard a totalement changé depuis ce jour.

Je suis devenue une nouvelle personne parce qu’enfin, après toutes ces années de souffrances, j’ai réussi à me regarder dans le miroir et apprécier celle que je suis.

Ce qui à l’époque était un complexe, je peux aujourd’hui le dire, est l’une de mes plus grandes forces, victoires ; l’un de mes plus beaux témoignages.


  • Save

Aurélie est passionnée de musique et de danse, et a eu la chance de faire de cette passion un métier pendant 3 ans en parcourant les scènes de sa région avec son micro et sa troupe de séga (fière de ses origines réunionnaises, elle ?). Mais ce n’est pas tout, elle est aussi une amoureuse des animaux et de la nature, et travaille aujourd’hui de manière à ce que ces deux soient protégés. L’un de ses objectifs de vie est d’accompagner les femmes à faire l’une des rencontres qui changera certainement le cours de leur vie: ELLES-MÊME.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share via
Copy link
Powered by Social Snap