• Save

Papa, comment on fait les bébés?

Si un jour quelqu’un m’avait dit que ces six mots sortiraient de ma bouche, je ne l’aurais pas cru. Oui, j’aurais pu commencer cette phrase par “Maman”, “Docteur” ou par le prénom de ma meilleure amie… Mais non, le premier mot qui m’est venu c’est celui-ci, Papa.

Et si c’était ma mission ?

Il y a quelques temps je me suis lancé un nouveau défi. Celui de partager le long combat de la maternité souhaitée, mais qui n’arrive pas. Parler des joies mais aussi des moments de tristesses, de galères. Les moments où, clairement, j’ai envie d’abandonner alors que je sens au fond de moi que je n’ai pas le droit de le faire. Ma foi, mon cœur, mes attentes… tout me pousse à croire que Dieu m’a confié cette mission.

Pour la vivre j’ai besoin de ses bras protecteurs et rassurants de Père, mais j’ai aussi besoin de la douceur, du réconfort et de l’amour de mon Papa. Ce Père au cœur de mère, qui sait quelle “casquette” porter au moment où il le faut.

Et si c’était ma mission ? Et si c’était ça, l’épreuve de ma foi ? Dans le doute, je ne peux pas lâcher ! Cette histoire, notre histoire, est encore en « construction ». Et pourtant, te partager les mots ci dessous sont comme un chapitre que je viens de terminer d’écrire…

J’ai toujours voulu être maman

“Tu viens de te marier, maintenant il faut faire un enfant.”

Pardon?

Veuillez m’excuser, je n’ai pas compris.
C’était peut-être écrit en petite ligne quand j’ai signé mon “OUI” à la mairie ?

La vérité, c’est que j’ai toujours voulu être maman…

À vrai dire je l’ai même toujours été. Avec mes frères et sœurs, avec mes cousins et cousines, avec mes filleul(e)s… même des amis m’ont donné ce titre ! Selon eux, j’ai un cœur de maman qui se ressent tellement que ça en devient évident.

Avec mon mari, on a un jour commencé à en parler, on a commencé à “passer à l’action”… mais RIEN.
J’ai culpabilisé.
Mon corps ne voulait pas donner la vie.

  • Save

Et puis les gens m’ont fait culpabiliser à leur tour

“Tu attends quoi?” “Tu n’as pas eu la recette?” “Regarde X ou Y, ils sont déjà parents ! Et toi c’est pour quand?”

Au bout d’un moment j’ai capitulé et j’ai fini par leur répondre à tous que je ne voulais pas d’enfant. C’est drôle, j’ai presque même réussi à m’en convaincre. Pendant plusieurs années j’ai vu la tristesse dans le regard de mon époux quand je lui répondais : “Laisse moi tranquille avec ça !”

Et puis de nouvelles accusations : “Tu vas le regretter”, “Dépêche-toi, tu vas être trop vieille après”, “Ne sois pas égoïste”, “Et ton mari tu y penses?”

Et vous ?

Vous y pensez, vous, à mon mari qui me récupère en pleurs après chacune de vos remarques ? Les gens ne se rendent pas compte du poids qu’ils mettent sur nos épaules.
Oui, les nôtres. Étrangement, on vient rarement embêter les hommes. À croire qu’un enfant se fait en solo et que toute cette charge repose vraiment sur les épaules des femmes.

Je me souviens de cette phrase qui un jour a percuté mon cœur :

“Pardonne leur, ils ne savent pas ce qu’ils font.”

Avec les années, j’ai réussi à appliquer cette phrase dans ma vie.
Je leur pardonne ! Je leur pardonne parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils disent. Je leur pardonne parce qu’ils ne s’en rendent pas compte.

Aujourd’hui, on vit cachés, on vit dans le secret, on vit presque dans le complexe de la vie qui prend du temps avant de nous permettre de la donner à notre tour.

  • Save

On avait peut-être besoin d’être entouré ? Peut-être besoin d’en parler… mais pour notre bien-être émotionnel, il est préférable de partir dans cette aventure cachés, rien que tout les deux, dans notre secret. Dieu nous a fait le cadeau de mettre ce sujet là entre les mains de quelques amis, qui sont là pour nous épauler, pour nous écouter, pour prier pour nous quand on en ressent le besoin.

Pourquoi vous confier ces mots?

Pour que vous puissiez DÉCULPABILISER, et qu’avant de laisser trop de place à ces phrases culpabilisantes, vous puissiez vous armer pour y faire face sans altérer vos émotions. Je dis VOUS, parce que c’est une aventure qui se vit à deux.

Que ce soit rapide ou un peu plus long, que ça vienne naturellement ou que vous ayez besoin de faire appel à la médecine, vous allez vivre cette aventure à deux.

Alors les filles… ne laissez personne vous surcharger de ce poids qui devient difficile à lâcher.


L’auteure anonyme de ce bel article a également un magnifique compte Instagram, @blessedmama2be, où elle partage ses défis liés à la maternité avec beaucoup d’honnêteté et de profondeur…

One comment on “Papa, comment on fait les bébés?

  • Iseline , Direct link to comment

    Bonne annee 2021 🙂
    Superbe texte ! J ai voulu cliquer sur le compte IG mais apparemment il n existe plus.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share via
Copy link
Powered by Social Snap