Comme d'ordinaire, Quand ta patience est étirée et que ton rêve tarde, rêve, patienter
  • Save

Quand ta patience est étirée et que ton rêve tarde

Le courage muet de la patience

Les rêves se poursuivent de toutes sortes de manières. Et voilà comment mon oncle et ma tante en sont arrivés à venir en aide aux orphelins du Bénin : en patientant activement pendant vingt ans, là où ils étaient.

  • Save
Photo : Mélodie Hoareau
  • Save
Photo : Mélodie Hoareau
  • Save
Photo : Mélodie Hoareau

20 ans. Deux décennies, vingt circonvolutions autour du soleil et des prières muettes à la pelle. C’est comme ça, la plupart du temps. Tout se fait au milieu de l’ordinaire, dans les endroits banalement silencieux de la vie de tous les jours. Personne pour applaudir l’envers du décor. Pas de bande-son pêchue pour marteler nos petits actes héroïques posés les uns à la suite des autres (c’est ce qui les rend héroïques). Ça demande une sacrée dose d’entêtement et de courage, que personne ne verra jamais entièrement.

Une association (Main d’Espoir) est née de leur rêve. Des amis sont venus s’y greffer en cours de route. Il y a eu Mélodie notamment, qui vit à l’autre bout de la planète et qui n’a jamais passé une journée de l’année sans consulter son Whatsapp pour échanger avec ma tante.

“On était juste deux femmes dans nos cuisines.”

Deux femmes (et leurs époux) dans leurs cuisines qui ont organisé cette année encore un Noël différent pour les enfants orphelins et démunis. Et j’ai eu la chance de partager ces quelques jours avec des enfants que je ne pourrai pas oublier.

  • Save
Photo : Mélodie Hoareau
  • Save
Photo : Mélodie Hoareau
  • Save
Photo : Mélodie Hoareau

Tout ça pour dire que… ça peut prendre vingt ans. Que c’est pas toujours bien sexy. Qu’on a besoin des autres, aussi. Et qu’un rêve qui vient de Dieu arrive toujours, toujours.

“Ça faisait vingt ans qu’on attendait, et Mélodie faisait partie des vingt ans d’attente. Ne sous-estimez pas les relations que vous pouvez avoir aujourd’hui. Ne sous-estimez pas vos saisons.”

Alors est-ce que je peux t’encourager…

  • À recommencer. À retourner avec entêtement à ce que ton coeur désire, jusqu’au moment où ce qu’il y a en toi soit beau. “Il fait toute chose belle en son temps.” Si ça n’a pas encore porté magnifiquement du fruit… continue de préparer ton terrain.
  • À considérer ton entourage. Pas par intérêt (duh), mais… qui sait quelle amitié/relation peut emmener ton rêve un peu plus loin ? Parfois on aide les autres, parfois on a besoin d’aide, et parfois (souvent), les deux en même temps.
  • À voir un peu plus loin. Ma tante (et n’importe qui d’un peu fou pour avoir un rêve et patienter) pourra te l’attester : il y aura des moments de doute. Des gens qui ne comprendront pas. Des bâtons dans les roues. Des failles de notre part. Des détours. Et pourtant… pourtant, je crois que le chemin (qui t’est unique) continue même après les embûches.

Tu peux faire des choses dures. Tu peux passer par des routes pas encore tout à fait tracées, et être une battante juste pour quelque chose que personne d’autre que toi ne voit. Tu le peux vraiment.

  • Save
Photo : Mélodie Hoareau

Vous pouvez en apprendre plus sur les projets de Main d’Espoir et y participer financièrement au lien suivant : https://www.maindespoir.com/


  • Save

Estelle Martorano est la créatrice de Comme d’Ordinaire. Après l’arrêt de ses études et un séjour de quelques mois en Angleterre, elle renoue avec son amour des mots et décide de mettre sa plume au service des “filles de tous les jours”. C’est depuis Bordeaux qu’elle apprends à utiliser ses imperfections et qu’elle passe son temps auprès de sa famille et de ses livres.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share via
Copy link
Powered by Social Snap